Pragmatisme ou abandon?

Violette Soriano

Back

Le gouvernement mexicain a publié un guide illustré à l'usage des migrants illégaux !...

"Le but de ce guide est de te donner quelques conseils pratiques qui pourraient être utiles au cas où tu aurais pris la décision difficile de rechercher de nouvelles opportunités d’emploi hors de ton pays”

Certains mouvements politiques modernes parlent d'un système qui serait plus proche de ce que l'on appelle le “sens commun” ou le “pragmatisme”. En effet, on pourrait se demander pourquoi tout doit toujours être compliqué lorsqu'on en vient à la politique. L'Afrique a besoin de nourriture, nous en avons trop, le problème devrait être simple, mais il ne l'est pas. La première fois que j'ai été confrontée au « Guide du migrant », publié en 2004 par le gouvernement Mexicain, j'ai pensé qu'il pourrait être le résultat d'une nouvelle sorte de politique pragmatique qui aiderait les citoyens à arriver sains et saufs dans un autre pays et non pas à essayer de les garder à tout prix, quand ils veulent partir. Il m'a semblé qu'il pourrait s'agir d'une tentative assez intelligente. Les citoyens Mexicains essaient toujours de passer la frontière américaine, presque dix ans après la publication de ce guide...donc, peut être que leur fuite est inévitable ? Cela pourrait être un acte courageux, une confrontation à la dure vérité.
Mais après une lecture plus attentive, j'ai été frappée par le fait que ce guide était en fait un acte d'abandon, le signe d'un gouvernement qui ne se concentre pas sur la bonne question. Le gouvernement ne devrait pas s'intéresser au “comment” les mexicains quittent le pays, mais à la question de savoir pourquoi ils fuient. Là devrait être leur attention. Ce document inspire donc deux sentiments contradictoires. Quoiqu'il en soit, il possède indéniablement une qualité unique et en dit beaucoup sur l'Amérique Latine d'aujourd'hui. Le guide du migrant est symbolique de ces gens dépourvus de mobilité économique, des différences grandissantes entre les riches et les pauvres en Amérique Latine. Le néo-libéralisme, la globalisation, le libre échange, ont certes été bénéfiques dans une certaine mesure à l'Amérique Latine, mais ils sont surtout synonymes d'une répartition inégale de la richesse.
La première étape de la destruction des communautés agricoles qui est à l'origine de la fuite des sud-américains aux Etats Unis sont les accords sur le libre échange. La signature du NAFTA ( North American Free Trade Agreements) le 1er Janvier 1994 a promis beaucoup de choses à l'Amérique Latine, mais l' égalité et une distribution égale de la richesse n'était certainement pas l'une d'entre elle. Après l'implantation du NAFTA et la crise économique, les agriculteurs mexicains ne pouvaient plus vivre de manière stable et se contentaient de survivre dans les villages . L'introduction du NAFTA et du néolibéralisme au Mexique a été une catastrophe économique pour un grand nombre des habitants des zone rurales. L'urbanisation et l'industrialisation ont aussi contribué à affaiblir la capacité économique des fermiers ruraux. C'est ainsi que les paysans et les fermiers mexicains sont partis au Nord en quête d'une vie meilleure. Cela n'est pas arrivé seulement au Mexique mais dans une grande partie de l'Amérique centrale également. Les effets du NAFTA ont complètement déstabilisé le système économique de l'Amérique Latine et il est indispensable de comprendre le rôle qu'il a joué sur la communauté agricole et les communautés rurales qui ont été forcées de migrer vers le Nord. Pour bien appréhender ce guide, il faut également comprendre que si 10,6 millions de mexicains n'avaient pas tenté de migrer aux Etats Unis, la situation économique du Mexique aurait été catastrophique.

Le guide du Migrant est écrit en forme d'historieta, une forme bon marché de bande dessinée souvent destinée à une population pauvre et illettrée. D'une certaine façon, ce guide pourrait être compris comme un autoportrait social du Mexique et peut-être d'une partie de l'Amérique Latine. Les migrants mexicains sont représentés de façon très sexuée, ce qui témoigne d'une vision encore très traditionnelle des genres. Les hommes sont des caricatures, forts, musclés, larges, traversant de dangereuses rivières, comme dans les contes héroïques. Les femmes sont représentées cambrées, avec des courbes et des chemises échancrées révélant leurs poitrines et leurs fesses saillantes. Il me semble que c'est assez révélateur de la culture populaire latine. En outre, tout est mis en oeuvre par le gouvernement mexicain pour faire apparaitre favorablement cette quête du pays nouveau . La traversée est présentée comme excitante, presque amusante, un conte, une aventure dans laquelle le migrant se bat pour une vie pleine de succès et d'argent. Le ton infantilisant du guide (“ traverser la rivière peut être dangereux”) me semble complètement déplacé. Des Mexicains meurent tous les jours en traversant la frontière, ce n'est pas une aventure. La mort peut être le prix à payer du départ.

L'histoire du guide du migrant, c'est l'histoire d'un peuple qui fait face à l'incapacité de son gouvernement de lui fournir assez d'espoir en un lendemain meilleur et en des conditions matérielles meilleures. C'est ce que révèle vraiment ce guide. Un gouvernement dos au mur, incapable de fournir les moyens matériels nécessaires à ces situations. Le fait qu'il se concentre sur le “comment” n'a en fait rien à voir avec le pragmatisme. C'est une mesure désespérée, qui montre l'abandon du gouvernement, qui préfère envoyer ses citoyens à l'abattoir. Face à cette réalité, ils n'ont en effet plus qu' à imprimer ce petit guide pour espérer que certains survivent dans l'illégalité aux Etats-Unis. Voeux pieux pour un Etat, qui connait parfaitement les risques encourus par les candidats à la traversée.

“Pour entrer dans un autre pays en toute sécurité, tu devras obtenir ton passeport qui est émis par les Délégations du Secrétariat des Relations Etrangères, ainsi que ton visa, que tu pourras demander à l’Ambassade ou au Consulat du pays où tu désireras te rendre ». Pourtant, nombre de Mexicains essaient de franchir la frontière nord sans les papiers nécessaires, en passant par des zones extrêmement dangereuses, particulièrement dans les régions désertiques ou encore en traversant des rivières avec des courants forts, difficiles à repérer.
Le gouvernement mexicain est en effet parfaitement au courant que le filet de sécurité américain est très dangereux. Et si je devais trouver une image, ce serait celle du mouvement que font les parents quand ils veulent dire quelque chose d'important à leur jeune enfant : ils se mettent à leur hauteur et leur parle dans les yeux et de très près. Le guide du migrant montre que le gouvernement mexicain tente désespérément de se mettre à la hauteur du peuple pour aider le plus possible, à la manière d'une figure patriarcale. Cela montre que L'Amérique Latine a encore beaucoup à faire. Traiter ses citoyens comme des enfants ne semble pas être une solution intelligente et efficace. En fait, cela sonne plus comme une attitude lâche et populiste.
On pourrait donc dire que ce guide est pertinent dans la mesure où il indique à quel point le NAFTA a entamé la souveraineté du Mexique sur ses propres ressortissants et a créé une forte immigration illégale. Puisque comme le dit clairement le guide, l'immigration légale n'est pas une option viable. Ce traité a poussé un gouvernement à promouvoir en quelque sorte l'immigration illégale et cela en dit beaucoup sur la réalité économique de L'Amérique latine moderne et de sa dépendance aux Etats Unis. Ce guide du migrant raconte l'histoire d'un abandon de l'Etat.

Violette Soriano est étudiante en 5ème année de Sciences Politiques à Paris

comments powered by Disqus