Journal de Résidence au Rwanda-J3

Marc Soriano

Back

J3 - Ayez des vaches

J’étais content, j’avais réussi à dire « Mwaramutse ». Bonjour en langue rwandaise*. On m’avait compris, même. Et on m’avait répondu, même.

 

Mais ce fut mon ami Kigalois kigatatou. Il me dit :

- Mais non..bonjour se dit en fait « gira amashyo »

- Rien à voir, fis-je, expert.

- Ça veut dire « ayez des vaches"

- C'est joli, fis-je, flatteur

- Pas de plus belle chose à souhaiter à quelqu’un

- Ah oui, signe extérieur de richesse ?

- Non, non. Signe de puissance, voire de noblesse !

- Pas pour le lait, la viande ?

- Non pour leur beauté surtout. Leur majesté.

Et il m’explique que de leur bouse on fait plein de choses. De l’art. L’art national. Les modelages géométriques sur bois « Umugongo » aux formes abstraites, authentifiés par leur odeur et leur palette limitée : blanc, noir, gris, ocre rouge. Selon qu’on ajoute du charbon de bois, de la chaux, de l’argile rouge. On en enduit aussi les murs. Ça décore, ça éloigne les moustiques.Les tressages en bambou en sont garnis pour faire des paniers. Et la corne bien sûr, pour faire toutes sortes d’outils.

Mais ce n’est pas tout. Un défilé militaire, ce ne sont pas des chars, des missiles, des fusils, c’est un troupeau de vache qui passe. Faire la guerre se dit « prendre des vaches ».

Mais ce n’est pas tout, lorsque les femmes danses, elles font les vaches. Avec leurs bras qui ondulent elles essaient d’êtres aussi majestueuses que les cornes, typiques de la race ankolé. On chante aussi, pour les vaches. On se vante d’avoir des vaches.

- Mais ça c’était avant !

- Non, non.

* le kinyarwanda

comments powered by Disqus