American Paradise -

Marc Soriano

Back

Farce juridico-gastronomique inspirée par les faits survenus en juillet 2007 au Buffalo Grill de Viry-Châtillon (Essonne) lors de la grève d'une partie des employés de cet établissement.

 

Personnages : Juge / Greffier / Procureur / Avocat / Boufagno, propriétaire d’ « American Paradise » /  Préfet / Les « Sans Vêtements » / 2 Assesseurs

Les intervenants du procès sont réunis autour d’une table de banquet. Les « Sans vêtements » sont dans une autre pièce et leurs interventions sont diffusées par des haut-parleurs (on peut éventuellement voir leurs visages sur unécran vidéo).

Greffier : L’amour !

Apnée générale

La cour !

Juge : Greffier ! A vos griffes ! Greffes griefs !

Greffier : Griffes en position

Juge : Affûtez affûtez

Greffier : J’affûte j’affûte

Juge : 

Lacérez !

Quand la viande n’est pas saignante

Elle n’est pas mangeable

Moi ces histoires de barbak

Ça me tripatouille les andouilles

Greffier :

De la viande votre Honneur ?

Juge :

Nous avons bien sous la dent le dossier « BOUFAGNO» ?

Greffier : Je confirme

Juge : Alors faites saigner !

Greffier :

Les prévenus

T, U, V, W, X, Y, Z

Non encore dénombrés

Treize à la douzaine !

Juge (interrompant) :

A la louche, à la louche !

Greffier :

Ci-devant sans vêtement

Et pour cette raison même

Irrecevables de visu devant nos yeux

Communiqueront avec nous par microphone

De la pièce attenante

Juge :

Vous nous entendez ?

Voix :

Parfaitement bien monsieur le Président

Juge :

Greffier continuez !

Greffier :

Il est rappelé que les prévenus

Sont

Travailleurs dédiés

Aux brochettes

Susnommés grilladins

De l’honnête maison

American Paradise

Sont d’autre part

Expulsionnables manu militari et séance tenante

Par 53% des suffrages

Pour avoir

Premièrement

Franchi nos frontières

Dans l’unique intention de nous manger !

Procureur :

Cannibales !

Avocat :

Quand on a faim tout est bon !

Juge :

Ministère public

Vous croquerez tout à l’heure !

En attendant à la vôtre !

Tous :

A la tienne !

Greffier :

Deuxièmement

D’avoir foulé notre sol

Et cherché à y rester

Sans le moindre vêtement réglementaire

Procureur :

Exhibitionnistes !

Avocat :

Retirez immédiatement !

Procureur :

Mon slip ?

Avocat :

Votre honneur !

Ce mot est inapproprié

Juge :

Il porte des caleçons sans doute !

Avocat :

Je parle du mot Ex…

Juge :

Accordé accordé

Proc :

Amuse-gueule va !

Avocat

Cire à parquet !

Juge :

Le menu le menu le menu !

Greffier :

Troisièmement

Pour avoir campé sur leur lieu de travail

Au prétexte d’alerter l’opinion

Et d’obtenir de quoi se vêtir

Procureur :

Parasites !

Juges :

Ministère public

Laissez-en pour les autres !

Que dit le barreau ?

Procureur :

… de chaise !

Avocat :

Electrique !

Juge :

J’ai perdu le fil !

Procureur :

A couper le beurre !

Juge :

D’Echiré, humm

Pardon !

Le menu le menu le menu

Greffier :

Il n’y a pas de quatrièmement

Procureur :

Comment cela ?

Occupation

Et mise en danger des richesses

Juge :

Ministère public

C’est assez copieux comme ça!

Gardez-en pour le dessert

À table !

Faites entrer les viandes saignantes

Greffier :

Plaignantes

Juge :

Oui oui

Il s’agit de

De de de de de

Greffier :

Boufagno Gilles

Boufagno (accent yankee) :

On prononce « Guil » !

Juge :

Boufagno Guil

52 ans

Propriétaire de l’American Paradise

Veuillez rappeler à la cour les circonstances !

Boufagno :

Le bizeness

Ils me l’ont cramé

Un gros chiffre

120 couverts jours

Une machine à cash invraisemblable

Bousillée en une semaine

Zéro

Juge :

Plus de frites ?

Boufagno :

Plus rien !

Ils ont fait le siège

Avec leurs tipis devant chez moi

Alors vous pensez !

Et puis

Ils ont été raconter à tout le monde

Qu’ils étaient nus

Ils voulaient que ça se sache

Y’a des choses qu’on ne dit pas

Et puis ça m’intéresse pas leurs histoires

Demandez au Préfet

Juge :

Préfet ?

Préfet :

Moui ?

Juge :

Nom prénom

Préfet :

Boufagno Bill

Juge :

Un quelconque lien avec..

Avec …

Le propriétaire du …

Préfet :

Aucun !

Juge :

Eh bien allez-y

Ça va refroidir

Préfet :

Le bizness

Ils me l’ont boosté

Avec leur sitting

A American Paradise

Y’avait qu’à taper dans le tas

120 expulsions jour

c’est plus qu’il n’en faut pour arriver à 25000

on va en garder quelques-uns

les autres…

ils partiront comme ils sont venus

une main devant une main derrière

sauf un petit casse-croûte pour la route

un cadeau de la maison Boufagno

Juge :

Boufagno-les-brochettes

Ou Boufagno-vous… ?

Préfet :

Je finance

Il fournit

Non le contraire

Oh je sais plus moi

Boufagno :

Une dream team, hein mon bilou ?

Préfet :

Pardonnez-moi ?

Boufagno

Santé !

Tous :

Santé !

Avocat :

la collusion est avérée votre honneur

boufagno aide boufagno

Et réciproquement

Juge :

C’est possible

Hmmm

Procureur :

Dans l’adversité il faut de la solidarité

Juge :

C’est vrai

Bon alors reprenons depuis the beginning

Nos clients

On sait comment ils ont débarqué ?

Proc :

Illégalement !

Avocat :

A pieds sans chaussures

Avec juste un anorak

Et la mort au bout

Proc :

Oh Change de disque !

Juge :

Allo les clients !

Vous m’entendez ?

Allo allo !

Voix :

Très bien monsieur le président

Juge :

Comment avez-vous franchi nos frontières ?

Voix :

Nous avons pris des billets d’avion, monsieur le président

Juge :

Tous sans exception ?

Voix :

Sauf les morts

Juge :

Ah oui les morts

Hou c’est salé

Mais les morts on

S’en fout

Voix :

Les morts nous aident plus que les vivants monsieur le président

Juge :

C’est possible c’est

Même certain

Moment de flottement intense

Procureur :

Qu’est ce qu’on fait ?

On égorge un poulet ?

Préfet :

Votre honneur ce jeu de mot est insultant pour les forces de l’ordre

Procureur :

Mais je ne faisais pas un jeu de mot

Je cherchais une solution adaptée !

Juge :

Un peu de concentration s’il vous plaît…

Qu’est-ce que j’ai dit ?

Ce n’est pas drôle !

Donc : conditions d’entrée sur le territoire

Légales apparemment ?

Proc :

Apparemment !

Déguisés en touristes ou je ne sais quoi !

Mais leur nudité bien visible sous ces oripeaux colorés !

Voix :

Puis-je répondre ?

Juge :

Faites faites

Voix :

Quel que soit le moyen utilisé

Pour sortir de chez nous

Légal ou pas

Ça ne ressemblera jamais à des vacances

Avocat :

Question votre honneur !

A monsieur Boufagno

Juge :

Boufagno-les-grillades

Ou Boufagno l’Etat ?

Avocat :

Les grillades !

Juges :

Mordez donc mordez donc !

Avocat :

Quand ces personnes se présentent à l’embauche

Vous voyez bien qu’elles sont…enfin

Qu ‘elles sont…

Proc :

A poils, dis-le donc !

Avocat :

Dans l’illégalité la plus…visible !

Boufagno :

Je ne vois rien du tout

Ils sont malins vous savez !

Avocat :

Non !

Vous fermez les yeux

Et voilà pourquoi ils sont là !

Parce que vous ne les regardez pas !

Juge :

De la sauce de la sauce !

Avocat :

Autre question :

Quelle est votre définition du bon employé ?

Boufagno :

Toujours à l’heure

Jamais malade

Et pas trop gourmand

Avocat :

La cour appréciera

Mais c’est le portrait exact de mes clients

Procureur :

Qu’est-ce que cela prouve ?

Avocat :

Cela prouve que nous sommes en présence d’une véritable organisation !

D’une pompe à main d’oeuvre actionnée

Par votre soi-disant victime

Monsieur Boufagno !

Voyeur et payeur !

Vous en voulez encore ?

Juge :

Sucré salé ?

Avocat :

Monsieur Boufagno-l’autre !

Préfet :

Quoi encore ?

Avocat :

Vous avez fourni un uniforme

A ceux qui peuvent servir

Avez-vous dit

Préfet :

Oui je l’ai dit

On ne peut pas garder tout le monde

Ça s’appelle un compromis

Avocat :

Mais ceux qui sont là aujourd’hui

Sont comme par hasard les fauteurs de trouble

Ceux qui ont mené le mouvement…

Préfet :

Il y a des lois et on doit les respecter

Avocat :

Vous obéissez scrupuleusement aux intérêts d’American Paradise !

Les lois que vous faites respecter sont économiques !

Qui gouverne aujourd’hui ce pays ?

Qui fait les lois ?

C’est l’entreprise Boufagno !

Juge :

La parole est aux prévenus

Allo !

Voix :

Oui monsieur le président

Juge :

Avez-vous quelque chose à ajouter

A ce qui vient d’être dit

Voix :

Nous sommes des travailleurs monsieur le président

Et nous voulons être respectés

Je confirme que notre situation

Est parfaitement connue par ceux qui nous emploient

A tel point que nous devons régulièrement leur fournir

« des gens comme nous «

disent-ils

On fournit le personnel

En se disant qu’un jour on sera comme les autres

Sans inquiétude

Mais moi personnellement

Ça fait 9 ans que je suis sur le grill !

Juge :

Amusant amusant

Voix :

Monsieur le président

Juge :

Oui

Voix :

Nous souhaitons lire une lettre écrite par deux de nos enfants

Juge :

Dans quel but ?

Voix :

Aucun

Etre entendu seulement

Juge :

Nous vous écoutons

Mais ne faites pas trop long.

« Excellences, Messieurs les membres et responsables d’Europe,

Nous avons l’honorable plaisir de vous écrire cette lettre pour vous parler de l’objectif de notre

voyage ……. et de la souffrance de nous…. les enfants d’Afrique… Mais tout d’abord, nous

vous présentons les salutations les plus délicieuses, adorables…. soyez notre appui et notre

aide… pour l’amour de votre continent…. Aidez-nous, nous souffrons énormément en

Afrique …. manque d’éducation et d’enseignement…. plus d’écoles sportives…. nous permettre

de progresser. … …grande organisation efficace…… mettre fin à la guerre …….Et n’oubliez

pas que c’est à vous….

Les magistrats, avocat, procureur, préfet et autres s’endorment

Noir

comments powered by Disqus