UN QUI VEUT TRAVERSER

Marc Soriano

Journal de Résidence au Rwanda-J4

Marc Soriano

voir plus

 

J4 - Muganda ! 

Le samedi matin, dans tout le pays, une fois par mois, c’est Muganda. Pas moyen d’y échapper. Sauf si, comme les pentecôtistes, on a messe le samedi. Celui qui prend sa voiture ( s’il en a une) ou son vélo ( s’il en a un), ou ses chaussures (s’il en a deux) et qui part comme ça en balade, faire ses courses, chercher de l’eau, acheter des haricots ou de l’électricité, à l’heure de Muganda, les policiers l’arrêtent. Imaginons.

 

Journal de Résidence au Rwanda-J3

Marc Soriano

voir plus

J3 - Ayez des vaches

J’étais content, j’avais réussi à dire « Mwaramutse ». Bonjour en langue rwandaise*. On m’avait compris, même. Et on m’avait répondu, même.

 

Journal de Résidence au Rwanda-J2

Marc Soriano

voir plus

J 2 – Les gondoles à Kigali

Je fais mes courses. Toujours avec un ami, un Kigalois. Ecossais, aussi, en affaires. Ça aide. Ben oui, il faut une initiation, un retour aux fondamentaux. On achète ce qui est nécessaire, ni plus, ni moins. Pas de vitrines déjà, -ou j’en ai pas vues, donc pas de lèche-vitrines. Nos temples d’acheteurs compulsifs y sont rarissimes. Ici on préfère manger qu’être mangé.

Journal de Résidence au Rwanda-J1

Marc Soriano

voir plus

J1 – Voir Kigali 

Ici tout est colline. On monte et descend par un grand serpent de route, surveillée parfois par des hommes en uniformes plus ou moins impressionnants selon les endroits (du gardien en casquette, somnolant, assis sous un parasol publicitaire, au militaire en faction, doigt sur la gâchette de son M16) .  Difficile de s’y perdre, dans cette ville de campagne, comme poussée au milieu des arbres et de la verdure, car la rivière d'asphalte n’est jamais bien loin .

 

Les malheurs de Justine (Episode 1)

Thierry

voir plus

Justine a 50 ans. Elle est enseignante dans un collège dans le 93. Elle enseigne les arts plastiques depuis plus de 18 ans.

Récemment, Justine a confisqué le smartphone d'une élève dissipée. Comme elle ne s'est pas calmée et qu'elle a perturbé la classe toute l'heure durant, Justine lui a demandé d'aller récupérer son téléphone auprès du professeur principal un peu plus tard dans la journée. L'élève, une jeune fille de troisième, est entrée dans une rage folle, a menacé Justine physiquement.

LAMPEDUSA / ELLIS ISLAND

Marc Soriano

RADIO DES FOYERS

Marc Soriano

La Web radio des travailleurs privés de papiers

http://www.radiodesfoyers.org/ep/mouzaia

Expo à Trappes

Marc Soriano

voir plus

météo [SQY], la [rac] de Trappes

weisse

Rue Jean ZAY....Trappes... J'ai vu ça sur une carte. Le territoire ?  la Gare de Paris et Météo France...

Météo [France] s'en va ? qui c'etait Jean Zay? le fondateur du CNRS...un homme de culture et d'education..au Panthéon ?

Ah bon ?

 Météo [SQY] ? Zone urbaine d'incertitudes...'indetermination attractive.. bruissements effarouchés...voracité contenue, rapacité contrainte ?

Qui prendra météo sqy ? comment ? pour faire quoi ? une mosquée ? une synagogue ? Une eglise ? un camps d'entrainement conceptuel ?.. etc...Vous avez des idées marrantes et sympathiques !!! N'hésitez pas ..

A suivre...

Dieu est un serveur vocal

Charrier

voir plus

La Prise de la citadelle à Calais

Charrier

http://www.lavoixdunord.fr/region/match-pro-migrants-ce-dimanche-la-ville-de-calais-ia33b48581n2364531

aux amants clandestins perdus sur le récif.

Nicolas Charrier

voir plus

iphone is a girl’s best friend

Sarah Lainé


 

Autoportrait

Sarah Lainé

voir plus

Un démarcheur

Allez, allez ! Mesdames et Messieurs je vends de l'autoportrait !

Vous ne savez pas qui vous êtes ?  Je peux vous y aider ! Pour celles et ceux qui le savent, je fais des faux autoportraits. Falsification,  simulacre du moi, ça me connaît. Des pseudos selfies aussi. Vous pourrez être n'importe qui, n'importe comment : en banquier, financier, chirurgien esthétique, homme politique, huissier de justice, clown, actrice, dompteuse de tigre. Rêvez-vous d’une seconde, troisième vie et ne savez pas comment redéfinir votre moi ? Faites appel à MOI !

 

GRAND BRUIT # 6 - 6 et 7 MARS

Marc Soriano

esprits des machines, êtes-vous connectés?

Aur Eleuth

Rétention administrative (UK)

Marc Soriano

Les ptits penseurs : Raphaël et les copains d’abord

Sarah Lainé

voir plus

J'ai mis mon col roulé noir. J'ai pris mon air le plus pensif. Cela fera sérieux pour la photo. Le hic est que mes ancêtres étaient des primitifs puis des nègres esclaves puis des nègres libres devenus, dorénavant, des nègres fonctionnaires ou employés ou chômeurs ou RSAiste. Pas de penseurs ! Il faudrait plus de blancheur, de caution et d'intellect pour correspondre à l'image commune du penseur. Raphaël Enthoven, l'ex de Carla, y ressemble beaucoup plus.

 

La république du bonheur de Martin Crimp

Sarah Lainé

voir plus

Dans la République du Bonheur, écrit en 2013, l'auteur britannique, Martin Crimp, nous livre sa version grinçante d'une société anglo-saxonne en proie à l'idéologie du bonheur. Etrange et chaotique vision, mise en scène recemment  par Martial Di Fonzo Bo et Elise Vigier.

Dans la République du bonheur cela commence comme un Vaudeville.

Il était une fois une famille très BCBG fêtant Noël. Il y a le grand-père paternel (Jean-François Perrier), la grand-mère (Claude Degliane), le père (Pierre Maillet), la mère (Frédérique Loliée) et leurs deux filles ( Katell Daunis et Kathleen Dol). Ils ne sont ni heureux, ni malheureux, ils s'emmerdent et ne parlent que d'argent. Les femmes sont très minces, taille 36 maximum : si peu de formes dans leurs belles tenues de soirée. Une des filles est enceinte mais on ne sait pas de qui. Sa sœur ainée la déteste. Le grand-père est un gros lubrique. Cela promet.

 

Ecrire cette chienne de vie

Sarah Lainé

voir plus

Toute genèse artistique a un début. Parfois, il est franchement laid.
Parfois, il devient nécessaire de l'écrire quitte à y replonger : exemple, Grisélidis Réal,  prostituée (1929-2005).

Dans ce monde fou et épris de technologie, à la recherche de l'ultime automatisation de l'être humain, je suis prête à parier qu'il ne faudra bientôt plus d'hommes et de femmes pour écrire des histoires. Un smartphone détiendra le pouvoir de "faire" du divertissement ou encore du prêt à penser. Faire ce que la majorité voudra ou suivra, manipulée par des gourous de la consommation culturelle. Peut-être que l'option "crédible" restera préservée dans la mesure où les torchons exposant la vie privée des hommes de pouvoirs, les faits divers épouvantables ou les faits et gestes ridicules de chacun seront filmés ou écrits, postés et lus avec avidité puis oubliés sur le zapping de l'écran tactil. Du fast food culturel et automatique, du pain et des jeux : cela suffira à l'humanité.

 

Le misotechnologue

Sarah Lainé

voir plus

Il est allé à la médiathèque de son quartier.

Qu’il a désertée depuis le début de l'été.

En entrant, il s’est rétrouvé

sans personne

à qui dire bonjour, merci et aurevoir

 

GPS chroniques (4)

Julien Lecomte

voir plus

Saynète 4 : en revenant de la Garden-Party-Super (GPS)

J’ai la malchance d’avoir été placé dans un « carré », ces places dans le TGV disposées autour d’une table de torture, où deux paires de fauteuils se font face, et où l’on passe son voyage à dire « pardon » au passager ou à la passagère d’en face à force de lui faire du pied involontairement. En cinq minutes j’ai compris d’où reviennent ces deux parents et leur jeune adolescent de fils : de la Garden-Party élyséenne.

 

GPS chroniques (3)

Julien Lecomte

voir plus

Saynète 3 : « Nous sommes devenus abrutis »

Tiens. Encore un taxi. Environ quatre années après le précédent épisode. Cette fois je repère bien le GPS intégré sur la console de la Toyota Prius. Et puis c’est devenu commun. Un équipement quasi-obligatoire pour vendre une bagnole neuve. T., le chauffeur, est sympa et je le connais déjà un peu. Il m’a rendu un fier service à l’aller. Bloqué dans le RER par une panne, j’ai réussi à le happer vers le Quai Branly pour rallier la gare de Bercy. Il n’a pas ménagé ses efforts. J’ai attrapé sa carte et le train avec, de justesse. Au retour, je lui réserve la course. T. est d’origine congolaise (ex-Zaïre).

 

GPS chroniques (2)

Julien Lecomte

voir plus

Saynète 2 : la nausée de Gean-Paul Sartre (GPS)

C’est un dimanche matin. Tôt. Je dois me rendre à la gare Montparnasse depuis mon domicile d’alors, en banlieue ouest à Vélizy. Je fais appel à un taxi. C’est un très beau matin de juin. Je m’attends à effectuer un trajet similaire à celui qu’il m’arrive de suivre pour me rendre à cette gare, avec peut-être quelques astuces du chauffeur à retenir pour les utiliser plus tard. Le trafic est très peu dense.

 

GPS chroniques (1)

Julien Lecomte

voir plus

Prologue

Le GPS a été mis au point à l’origine pour l’armée de l’Oncle Sam.

Aujourd’hui il est d’usage courant et fourni en série dans nombre d’objets techniques.

Désormais de plus en plus assistés par cet outil de géolocalisation et de guidage, n’allons-nous pas perdre le sens de l’orientation, un instinct fondamental qui a permis à l’Humanité d’assurer sa survie pendant des millénaires, lors de ses transhumances ?

GPS : Global Positioning System

GPS : Gens Perdus au Sol

GPS : G Perdu le Sens… de l’orientation ?

Voici quatre petite saynètes vécues et relatées à la manière de "choses vues". Je suis attentif à l'usage de cet outil. J'en possède deux : l'un de type randonnée, que j'utilise professionnellement pour relever des coordonnées géodésiques (latitude / longitude). Un autre dans mon téléphone, que j'utilise uniquement en ville, pour trouver une adresse. Je possède un bon sens de l'orientation en milieu naturele et rural, moins en ville. es scénettes relatent des expériences diverses où cet objet technique pris une place qui retint mon attention.

 

Rentrez chez vous

Marc Soriano

voir plus

Campagne de communication du gouvernement Cameron à l'usage des immigrés sans papier :

Vous êtes au Royaume-Un illégalement ? Rentrez chez vous ou risquez l'arrestation ! 

106 personnes arrêtés la semaine dernière dans votre secteur !

sans titre

Dorcy Rugamba

voir plus

Soliloque d’un sans grade

Seul dans sa cellule 

La veille de son bannissement 

 

Voici le jour à peine levé qui meurt déjà dans mes bras. Il n’y a plus d’asile où fuir la haine qui tantôt se fard et tient discours, qui cerclée d’écailles me déclame l’ultime commandement d’une loi scélérate : DEHORS !

Le voyage infini.

anne theunissen

voir plus

Chapitre deux.

 

D’abord, il plisse les paupières. Il essaye d’y voir net. Et puis, dans la vapeur du bitume, il distingue une toute petite forme, compacte, basse, et qui va clopin-clopan.

Elle se fait de plus en plus grosse à mesure qu’il s’en approche. Elle va à sa rencontre elle aussi. Elle claudique, elle tangue. Elle est bleue. Ou verte.

Il replisse les paupières, se concentre. Il n’est pas certain.

 

pssst ! hé ! ho..

Giljsbert van der Wal

voir plus

Gros succès de Rembrandt au Rijksmuseum

 

ce qui me reste

Contributeur

voir plus

Fleuve Gambie

Marc Soriano

voir plus

dans le Chao Praya (Bangkok)

Marc Soriano

voir plus

Grizz-Liz n’a pas d’jumelle

Particciona

voir plus

Autoportrait écologique d'une femme-ourse

Pudique !

Et pourtant carrément à poils !... D'ailleurs, des poils, elle n'a que ça ! Des poils tout blancs et d'autres plus poivrés ! Ca tient drôlement chaud l'hiver mais ça tient vraiment trop chaud l'été !! Et la voilà, assise sur son gros popotin, au flanc de l'une de ces montagnes (on ne sait pas trop quelle montagne mais c'est une montagne entre autres montagnes !) et elle soupire... Bon ! Elle a choisi cette montagne-là ; aurait-elle pu en choisir une autre ??

Sous un ciel bleu (parce qu'on y voit mieux !), elle regarde, nonchalante, vers la vallée verdoyante (oui, verdoyante... il y avait "gravoyante" mais

Frontière ?

marc soriano

voir plus

 

Pique-nique avec les objets techniques -

Marc Soriano

voir plus

studio de l'atelier du regard à la Maison de la Poésie

Jamais seul(e) ?

Particella

Je suis un cheval sans selle

Je suis un chien sans laisse

Je suis un oiseau sans cage

Je suis un gorille sans brume

Je suis un éléphant sans eau

Je suis un chat...

Et j'ai une selle sur mon dos

Et une laisse autour du cou

Une jolie cage aux grilles dorées

Et cette brume autour de moi

Et toute cette eau que je bois

Tiens ?? Pas bête, le chat !

ma place

Madelaine Ollivier

voir plus

« En quel endroit pourrais-je donc aller, où il n y aurait pas de miroir latéral dont la surface vienne me frapper de face , même si j'avance de biais et regarde de face …

Et personne ne sentira ce que je sens. Et personne n'a le pouvoir de me voler ma place . »

César Vallejo - conflit entre les yeux et le regard -1927 -1928

 

Sentir ce que je sens ,

à ma place ,de ma place ,

cette place qui n'appartient qu'à moi ,

ne m'appartient pas encore vraiment tant que je n'ai pas tenté disant ce que je sens d'en arpenter les possibles .

 

Jamais seuls avec les machines

Aur Eleuth

voir plus

Voyage autour de ma chambre

Sarah Lainé

voir plus

Extrait du chapitre XXXII- écrit en 1794 par Xavier de Maistre et publié en 1795-

Permettez-moi de vous le demander, messieurs, vous amusez-vous autant qu'autrefois au bal et à la comédie ? Pour moi, je vous l'avoue : depuis quelques temps toutes les assemblées nombreuses m'inspirent une certaine terreur.

L’infini voyage

anne theunissen

voir plus

Chapitre premier

Ses sandales en plastique bleu lui collent aux pieds. Une succession de petites adhérences, qui se font et se défont au rythme des pas. Ça chauffe son épiderme, forme des rougeurs et des ampoules. Ça cloque et ça claque. Ça frotte, ça pince. Et puis ça glisse aussi.

En tout cas, ça lui fait mal.

 

L’indiscrétion

Emilie Hardy

voir plus

Tu marches à grands pas devant moi, et comme d’habitude je dois presque courir pour ne pas me laisser distancer. Je bouscule une femme chargée de sacs de course et marmonne de vagues excuses dans sa direction. Elle ne les entend pas de toute façon, elle est déjà partie, emportée par le flot des passants pressés de rentrer chez eux.

 

Lettre à Robinson

Sarah Lainé

Cher Robinson,

Je t'écris, à toi qui coule des jours paisibles et heureux très loin de ce monde. Seul, dans un lieu qui n'est connu que de toi. Je suis sûre que tu ne regrettes pas de t'être planté en atterrissant sur cette ile déserte. Tu allais chercher des esclaves noirs pour en faire commerce. La météo t'a puni d'avoir eu ce sombre dessein capitaliste. Car désormais, les hommes comme toi sont dénommés ainsi dans le monde globalisé.

A la dérive, ici, nous y sommes presque tous. Nous sommes au bord du naufrage. Dans quelques temps nos ascendants, s'il en reste, n'auront aucun mal à écrire l'épopée triste et burlesque de notre époque. Car tout est recommencement. Mes contemporains n'ont tiré aucun enseignement de toutes les guerres et boucheries précédentes.

Sinon comment je vais ? Globalement, je suis à peu près sûre de connaître qui je suis au fur et à mesure que je vieillis, mais très peu qui être dans le monde. Cela ne va pas de soi. J'envie donc ta facilité dorénavant. Tu n'as plus à avoir une attitude. Devoir m'adapter est une marche obligée, engendrant un tel désordre interne que j'en suis devenue fatiguée. Le soir, j'éteins rapidement les lumières. Insomniaque, je me réveille en pleine nuit, les cambrioleurs pullulent. Parfois j'ai peur car avec l'impression de n'être pas vraiment seule, même dans la vie du sommeil. J'ai peur qu'ils me volent mes rêves.

Autour de la table

Anne Theunissen

voir plus

Il y a au milieu du champ une table de bois et des bancs posés sur un tapis de nature vert et rouge. Il y a les coquelicots qui dansent. Il y a la brise légère qui apporte une agréable fraîcheur. Il y a le soleil haut dans le ciel. Il y a mon impatience fébrile.

 

Munitions

Claire Fournié

voir plus

Entrer dans le bâtiment

1er guichet

La file est là

Laisse-les entrer

Au fond du couloir

Pas trop près

Comment tu t'appelles : les premiers mots de l'amitié

 

Seul sur votre planète

Contributeur

voir plus

Chapitre 1. Je cherche l'antidote

Je vis

Je suis seul. L'horloge bienveillante n'est pas de ce quartier. Je suis en marche, comme on disait avant. En fait, j'ai accumulé suffisamment d'énergie dans la batterie des membres inférieurs, que je lévite depuis au moins deux couchers de soleil!

 

Faire disparaître ses empreintes -

Contributeur

Frontière ?

Marc Soriano

Interview d'Etienne Balibar, philosophe

Calais

Sigolène Valax

 

interview Haydée Sabéran / journaliste à Libération Lille

Frontière terrible

Sigolène Valax

Interview d'Haydée Sabéran, journaliste à Libération Lille

Le miroir - J.L Borgès -

Marc Soriano

voir plus

Traduction Roger Caillois- Illustration Pierre Alechinsky.

Enfant, je craignais que le miroir

me montre un autre visage ou un masque

 

Mineur(e)s isolé(e)s -

Murièle Champy

voir plus

Un point sur les outils juridiques

La Convention Internationale des Droits de l'Enfant, que la France a ratifiée en 1990, garantit aux enfants le droit à la sécurité, la santé, l'éducation... et impose aux États de prendre soin des mineurs en danger. Source : www.infomie.net

Mineur(e)s isolé(e)s

Murièle Champy

voir plus

(témoignage d'une bénévole de la Ligue des Droits de l'Homme)

Il faut leur donner la parole. Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Pourquoi quittent-ils leur famille, leur pays ?

 

Questionnaire fondamental

Marc Soriano

voir plus

(Extrait de la pièce X, Y, Z vagabond) Un bureau. 

L’agent pose au candidat des questions à choix multiple :

NATIONALITE ?

nationale ?

semi-nationale ?

nationale-provisoire ?

nationale-résidentielle ?

 

American Paradise -

Marc Soriano

voir plus

Farce juridico-gastronomique inspirée par les faits survenus en juillet 2007 au Buffalo Grill de Viry-Châtillon (Essonne) lors de la grève d'une partie des employés de cet établissement.

 

Réfugié / Définition

Tatiana Kuhlmann

 Réfugié : - 1/ personne qui ne peut pas rentrer chez elle parce qu'elle a une peur fondée de persécution pour des raisons de race, de nationalité, d'opinion politique, d'opinion religieuse ou pour appartenance à un groupe social particulier, tels un Ahmadi au Pakistan, un chrétien en Somalie, un homosexuel en Egypte (définition à retrouver dans la Convention de Genève de 1951, programme de l'ONU élaboré pour répondre aux besoins de l'après-guerre, retours des déportés, début de la décolonisation, etc.) - 2 / personne qui attend ( jusqu'à 18 mois, voire plus)- parfois dans son propre pays, parfois dans un pays de transit, mais le plus souvent dans le pays d'accueil - l'instruction de son dossier de demande de statut par un fonctionnaire du Haut Commissariat pour les Réfugiés, présents dans tous les centres de transits, camps, villes à fortes concentration de migrants ( Pologne, Turquie, Lybie, Bulgarie, etc...)- Le pourcentage d'avis favorable est très faible - La pièce clé du dossier est le récit qu'il font de leur exil : les enquêteurs vérifient tout et partent du principe qu'il s'agit d'une demande abusive.

Slam du réfugié

Tatiana Kuhlmann

voir plus

Pourquoi je pars ?

Pourquoi partir ?

Pour un meilleur avenir.

Pour un nouveau départ.

Je rêve encore.

 

Naufrage 2

Martial Helbo

voir plus

1
Qu'est-ce que tu fais?
2
Tu vois, je pars.
1
Comment ça, tu pars?
2
Je pars, c'est tout.

 

Naufrage 1

Martial Helbo

voir plus

A
Bonjour. Tu prendras quelque chose?
B
Ouais. Petit jus peut-être.
A
OK Garçon! Deux cafés s'il vous plait. Alors, comment ça va?
B
Bof, comme un lundi.
LA RADIO
Le naufrage d’une embarcation de fortune transportant des migrants tunisiens près de Lampedusa a
fait un mort et des dizaines de disparus.

Le voyage de Nikolaï

Lise-Noëlle Lauras

voir plus

      Moi, Nikolaï Meïli, je suis né d’un passé si lointain, aussi vieux que la Terre depuis qu’elle existe, si bien que parfois, je doute de ma mémoire et me demande si je suis bien Nikolaï, le puîné de Rosanna et d’Alexandrios mon père, pope et protecteur de la belle église de Lalibela, de culte chrétien copte orthodoxe, de langue amharique dans laquelle je fus baptisé à l’eau bénite cueillie du Ciel dans des vasques de pierre. Mon église, creusée en partie à même le rocher possède deux belles tours carrées, façonnées en terre cuite et dont l’une porte une cloche de bronze. Elle abrite de beaux parchemins et des icônes. La Myriam enluminée d’or et son fils Christos revêtu de bleu vif est ma préférée.

 

Esola se marie

Lise-Noëlle Lauras

voir plus

     Esola a la stature d’un arbre et le visage d’une Madone. Arrivée de Côte d’Ivoire en France il y a sept ans, après que sa petite entreprise de produits manufacturés a été détruite par les combats de factions ennemies, Esola vient à Paris pour faire soigner son bébé Frank d’une maladie que seuls les hôpitaux parisiens sauront guérir.

 

TAGS

Thierry Curiale

CLANDESTINS

Alain Landais

voir plus

Il se souvient de son village où la terre est retournée à la poussière. La pluie est devenue un conte pour endormir la douleur, d'un autrefois, d'un âge d'or.

 

Les vestiges des sillons se devinent encore. Trace des champs d'autrefois. retournant au désert. Un soc de charrue est emprisonné dans la gangue de poussière.

 

Seul Ensemble -

Marc Soriano

voir plus

essai de Sherry Turkle, sociologue américaine : vidéo-conférence (TED-Technology Entertainment and Design)

 

.

 

SOCIAL NETWORK -

Marc Soriano

court-métrage coréen

SOCIAL NETWORK from Beomseok Yang on Vimeo.

Migrations - Chiffres et dates clés

Thibault Lambert

voir plus

72,4 millions de personnes dans le monde sont des migrants forcés, soit plus d'un habitant sur 100.

Qu’est ce qu’un « migrant forcé » : une personne déplacée par un conflit armé, une crise politique, la violence ou une catastrophe, mais aussi par les changements climatiques et les projets de développement.

98,5:  le pourcentage des demandeurs d’asile LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres et Intersexués) déboutés en première instance au Royaume-Uni. Ce chiffre s’élève à 76% pour l’ensemble des demandeurs d’asile.

Source : Rapport sur les catastrophes dans le monde 2012 de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge

 

Le sac est un mystère

Juliette Garcia-Lamolla

voir plus

 

Quand on part, que prend-on ? Cette question on se la pose pour la valise des vacances. Mais quand on part vraiment ? pour construire sa vie ailleurs… que prend-on ? 

Emmène-t-on seulement des choses utiles ou aussi des objets-fétiches ? 
Prend-on tout ce que l'on peut, quitte à en laisser en chemin, ou voyage-t-on léger dès le seuil de la porte ?

 

ALLUMER LA MECHE - Kit thématique

Marc Soriano

Moi

Elektronlibre

voir plus

Dessin Marc Soriano

 

moi ?

moikisuige

Electron libre

un seul ami

un seul avis

je suis seule parce que je suis unique

je suis seule parce que un n'est pas deux

 

CHOISIR DE VIVRE SEUL

Anne Theunissen

voir plus

Et si rechercher l’âme sœur n’était pas une quête universelle ? Et si l’on décidait qu’elle n’était pas obligatoire ? Non pas parce que l’on considère que la quête est vaine mais parce que l’on estime qu’elle n’est pas forcément nécessaire à notre équilibre. Et même que d’éviter d’y jeter toutes ses forces garantirait justement celui-ci. Alors on fait le choix de vivre seul.

 

Mot choisi

Elektronlibre

voir plus

Choix à la Devos

Choix des mots

Choix animal alors

Choix prédéfini

Choix défini

Choix indéfini

Choix infini !

 

Look up

Marc Soriano

Pragmatisme ou abandon?

Violette Soriano

voir plus

Le gouvernement mexicain a publié un guide illustré à l'usage des migrants illégaux !...

"Le but de ce guide est de te donner quelques conseils pratiques qui pourraient être utiles au cas où tu aurais pris la décision difficile de rechercher de nouvelles opportunités d’emploi hors de ton pays”

Étrangers, une obsession européenne

Etienne Balibar

voir plus

Crise économique, montée des extrêmes-droites, durcissement des politiques d’immigration, débats publics stigmatisant les réfugiés, les « clandestins », les immigrés, les Roms, les musulmans... au nom d’identités nationales menacées. Sale temps pour les étrangers, fussent-ils citoyens français ou européens. Face à cette vague inquiétante de xénophobie, il s’agit de remettre en question la façon dont nous traçons les frontières entre « nous » et « les autres ».

Enfin seul

Par Grégory Launay

voir plus

La proposition suivante, « Jamais seul », est-elle tenable ?

Nous pouvons émettre sa proposition contraire « Toujours avec quelqu’un ».  Il y aurait place pour une proposition intermédiaire ou un juste milieu,  « Enfin seul ».

« Jamais seul »

L’idéal du Robinson, l’homme se suffisant à  lui-même et vivant sur un îlot craquèle, face à la réalité  contemporaine. La prédominance et l’abondance des réseaux de communication ne permettent plus de s’isoler complètement. A moins que…